Pilotes de drones: Il est temps vous autoréguler sinon….

Lorsque je parle négativement des drones (UAV – unmanned aerial vehicle) pour faire de la photo, on m’accuse parfois d’être « contre » les drones. Précisons donc d’entrée de jeux que j’adore l’outil et que j’aimerais un jour en posséder un pour compléter mon offre de photographie aérienne. Mais si les choses ne changent pas, les drones seront interdits de vente ou sévèrement réglementés avant même que je puisse ouvrir mon portefeuille. Quelques têtes brûlées sont en train de tout gâcher, et ce sont les dronistes sérieux qui vont payer.

Un reportage de NBC explique que plusieurs pilotes d’avion commercial ont récemment eux des contacts visuels avec des drones alors qu’ils étaient en approche finale, parfois même à 4000 pieds dans les aires. Pour avoir un contact visuel avec un engin qui fait deux pieds de diamètre, il faut qu’il soit dangereusement proche et qu’une collision soit très possible. Ce sera un joli dégât qu’un drone dans le pare-brise ou le moteur d’un avion de ligne accueillante 300 passager.

Le Globe and Mail à récemment mis en ligne un magnifique éditorial enjoignant les propriétaires de ces engins à la prudence. Après avoir rappelé de nombreux incidents impliquant des drones, cette belle montée de lait se termine avec une évidence: « Dronistes, il est temps d’utiliser votre tête lorsque vous volez, car sinon, le gouvernement va vous enlever votre joujou »

J’avais déjà parlé de la problématique des drones dans un précédent billet: Danger: on ne s’improvise pas pilote de drone pour la prise de photo / vidéo. Le billet avait mené à un très bon échange dans la section commentaire.

Et pour ceux qui ne sont pas convaincus de l’instabilité de ces engins, voyez cette vidéo où, en direct à la TV, le journaliste de Popular Science Dave Mosher perd le contrôle de son engin alors qu’il parle de l’importance de réguler leur utilisation. Voilà une belle façon de démontrer la chose!

Vous me direz que Mosher n’est qu’un journaliste sans formation ou d’entraînement sur le pilotage d’un drone? C’est EXACTEMENT ça le problème avec trop de propriétaires de ces engins.

Commentaires (2)

  • Je n’ai pas beaucoup de sympathie pour ces appareils. Ils peuvent servir à n’importe quoi, en fait. En théorie, ça ne devrait pas, mais en pratique, c’est autre chose. J’en ai vu un, l’an dernier, survolant une rue de mon quartier ! En plus des risques de collisions diverses ou d’atterrissage en catastrophe au mauvais moment, au mauvais endroit, je sens que ces caméras volantes, en de mauvaises mains (pas nécessairement celles de voyeurs ordinaires ou de criminels passibles de sanctions – il y a d’autres possibilités, les prétextes ne manqueront pas), ouvriront de nouvelles brèches dans les concepts d’intimité et de vie privée.

  • Vous dites le commentaire suivant sur les drones:
    Et pour ceux qui ne sont pas convaincus de l’instabilité de ces engins, voyez cette vidéo où, en direct à la TV, le journaliste de Popular Science Dave Mosher perd le contrôle de son engin alors qu’il parle de l’importance de réguler leur utilisation. Voilà une belle façon de démontrer la chose!

    Cette illuberlue n’a probablement pas desactiver la conectiviter GPS du drone. Il est tres important de le faire a l’interrieur, surtout dans un studio avec autemps de materiel pouvant causer des interverances.

    En mode manuel avec un pilote qui sait ce qui fais sa ne ce serait jamais produit.

    C’est aussi ce genre de diffusion gratuite avec des explications de la cause sans connaissance de cause qui donne l’impression que c’est appareil ne sont pas stable alors que c’est totalement faux.

    En passent le gouvernement ameraicain a authoriser un projet pilote avec Amazon pour les livraisons par drone. Pensez-vous qu’il prendrait un tel risque si les drone ne serait pas stable?

    http://video.foxnews.com/v/4031683402001

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.