En photo et en affaires

Vous voulez être photographe, pas gestionnaire d’entreprise. Vous n’aurez cependant pas le choix : vous le deviendrez par la force des choses.

Gagner sa vie en tant que photographe, c’est être entrepreneur. Être entrepreneur, c’est gérer une entreprise.

  • Quels tarifs demander à vos clients ?
  • Quel équipement choisir ?
  • Qu’en est-il des taxes à facturer et des impôts d’entreprise ?
  • Avez-vous besoin d’une assurance spéciale ?
  • Comment faire une facture, un contrat, ou une soumission ?

En photo et en affaires aborde tous ces sujets, et plus encore. Gérer une entreprise, ce n’est pas qu’une affaire de chiffres. Il faut aussi se faire connaitre, réussir ses campagnes de markéting, avoir un site Internet efficace à peu de frais et utiliser les réseaux sociaux efficacement.

Droits d’auteurs, droit à l’image, création d’un portfolio, diversification des sources de revenus… rien n’est laissé au hasard.

En photo et en affaires vous donnera des conseils pratiques afin de vous démarquer des centaines d’autres étudiants en photographie et des innombrables autodidactes se lançant dans l’aventure. Ce livre est né de mes propres expériences, de mon parcours professionnel et de ma passion pour le métier de photographe. Il vous guidera dans la mise sur pied de votre entreprise de photographie afin de la construire sur des bases solides et de la faire prospérer à long terme.

 

Comment acheter?

  1. Attndre sa sortie en librairie le 30 août
  2. Commander En photo et en affaires en ligne sur F8ISO400.com dès aujourd’hui  Vous pouvez demander une copie dédicacée.

Hiring a lawyer to make a customized contract is expensive. Finding a ready-made and free contract template is complicated and risky. Customizing a contract can cost $800 or more, when you add in special considerations and clauses.

In doing my own research of 262 professional photographers, admittedly not scientific, I came to the conclusion that most photographers — even those who make their living entirely with photography — are not willing to spend this amount. Most prefer to take their chances, either working without a contract or writing one themselves without the benefit of legal advise.

Here is the result of the survey in graphic form,  according to the type of photographers, in response to the question: As a photographer, do you use a contract with your customers?

Professional photographers

Several photographers who earn all or most of their income through photography, are playing with fire. 25% of them reported not having a contract. A verbal agreement seems to be sufficient, despite the high risk that involves. 13% have paid a lawyer, 17% use a template they bought or found, and 29% have tried to make one themselves.

Semi-pro photographers

Among those who want to earn a living with photography or earn part of their income from photography, only 1% paid a lawyer. Others turned mainly to ready-made templates or made one themselves.

Amateur photographers

Not surprisingly, no amateur photographer has spent a large amount of money to use the services of a lawyer. For the few contracts they had, more than half acted solely on the good faith of both parties. Others did a bit of research to find a model (11%) or else made one themselves (31%).

Obviously, it makes me sad that many photographers are working without a contract or with a document that they made themselves. However, because it is so expensive to use the services of a professional, I can understand.

How often I have seen, in different groups or forums for photographers, a question like « Such a thing happened to me with a client. I didn’t have a contract, what are my options? » Without a contract, the photographer’s only option is to chalk that one up to experience and move on…

Even amateur photographers organizing shooting sessions with friends or amateur models volunteering their time often have problems. Sometimes by ignorance, sometimes by bad faith, the photo is found to be used commercially and the photographer is unable to do anything about it, when a very simple contract would protect the photographer.

Spend $ 800 to have a contract reviewed and approved by a lawyer? What if I offered you a contract you could use starting from $ 25?

With the help of my lawyer, we have made 7 contract templates covering 7 specific situations. Essentially, we have up to 7 contracts which have been read, edited, and approved by a lawyer specializing in business law for your use. The basic edition containing two contract templates is available for $ 25, while the complete edition of 7 is available for $ 85.

What does that include?

Contract template: basic edition ($ 25 – a value of $ 800 +)

Two templates of low-price contracts: one for TFP-TFCD photos (without exchange of money between the model and the photographer) and one for family photos

01 – TFP PHOTOGRAPHY CONTRACT

This contract template was developed with the TFP/TFCD (Time for Print/Time for CD) sessions in mind. The contract clauses are reduced to a minimum, to make for a simple and clear document explaining the photographer’s and the model’s rights when a photo session is organized without any payment being required from either one of the parties. The photographer gives his or her time and talent as a photographer. The model gives his or her time, “look”, and image. Each party may then use the photographs for his or her self-promotion, but never in a commercial context.

02 – FAMILY PORTRAIT CONTRACTS

A contract drafted in more “mainstream” terms, for family, individual, children and baby portraits.

Included
• A ready to use PDF version of each contract
• A fully customizable Word version of each contract. Which can be integrated into your submission or billing systems.
• An explanation of the reason for the presence of certain clauses in plain English
• Customizable clauses according to your needs or preferences.

Buy this package for 25$

Interested in the French templates only

Contract templates – complete edition ($ 85 – a value of $ 1500 +)

All that is in the basic edition, as well as:

03 – CORPORATE PORTRAIT CONTRACTS

For individual or group portraits that will be used for a commercial purpose. It can be a simple “headshot” against a white background, or a more elaborate portrait on the business’s premises, such as portraits for real estate agents, or portraits for the “About Us” pages of a company website. If the use is more important and forms part of an advertising campaign, the template “Commercial Contracts” might be more appropriate.

04 – WEDDING CONTRACTS

A civil or religious wedding.

05 – EVENT CONTRACTS

The event contract template must be used when covering a convention, a corporate event, etc. Typically, it is a contract where you are being paid by the hour, but not necessarily.

06 – COMMERCIAL CONTRACTS

Use this template if your client is a company, an organization or an institution, and you are taking photographs for commercial or advertising purposes.

07 – PHOTO LICENCE

This template must be used when a client wishes to purchase a licence to use a photograph from your archives. Particular attention is given to the authorizations from models and properties (model releases) that you have (or do not have), and the consequences thereof are detailed for the client’s benefit.

Buy this package for 85$

Save when you buy the French and English packages

Interested in the French templates only

Engager un avocat pour qu’il réalise un contrat sur mesure, ça coûte cher. Partir à la recherche d’un contrat « tout fait » et gratuit, c’est risqué et complexe.

Avoir un contrat sur mesure peut représenter un investissement de 800$ et plus. Pour une série de contrats avec quelques variantes couvrant une série de situations, encore plus. 

Suite à un sondage non scientifique, mais tout de même répondu par 262 photographes, j’en suis venu à la conclusion que la plupart des preneurs d’images, même ceux qui gagnent leur vie entièrement avec la photographie, ne sont pas prêts à dépenser ce montant. Ils préfèrent « prendre une chance » de travailler sans contrat, ou de s’en faire un eux-mêmes sans qu’il soit validé par un professionnel de la loi.

Voici le résultat du sondage en représentations graphiques, classé selon le type de photographes, les réponses à la question: en tant que photographe, utilisez-vous un contrat avec vos clients?

Photographes professionnels

Graphique: contrats & photographes professionnels

Plusieurs photographes ayant indiqué être professionnels, gagnant la totalité ou la majeure partie de leurs revenus grâce à la photographie, joue avec le feu. 25% d’entre eux ont indiqué ne pas avoir de contrat. Une entente verbale semble leur être suffisante, avec tous les risques que cela implique.

13% ont payé un avocat, 17% utilisent un modèle, et 29% ont essayé de s’en faire un eux-mêmes.

Photographes semi-pro

GraphiqueÈ contrats & photographes semi-pro

Parmi ceux qui aspirent à gagner leur vie avec la photographie, seul 1% ont payé un avocat. Les autres se sont principalement tournés vers des modèles déjà faits ou s’en sont fait eux-mêmes.

Photographes amateurs

Graphique: contrats & photographes amateurs

Sans surprise, aucun photographe amateur n’a dépensé de gros montant pour utiliser les services d’un avocat. Pour les quelques contrats qu’ils peuvent avoir à faire à droite et à gauche, plus de la moitié le fond sur la bonne foi des deux parties. Les autres ont fait un peu de recherche pour trouver un modèle (11%) ou s’en sont eux-mêmes fabriqué un (31%).

Évidemment, je ne peux que m’attrister qu’autant de photographes travaillent sans contrat, ou avec un document qu’ils se sont fait eux-même.

Cependant, comme il en coûte si cher d’utiliser les services d’un professionnel, je peux comprendre.

Combien de fois ai-je vu, dans différents groupes ou forums de photographes, une question du genre « il m’est arrivé tel truc avec un client. Je n’avais pas de contrat, qu’elle sont mes recours? » Sans contrat, il faut mettre ça dans le classeur des « leçons apprises » et passer à autre chose…

Même les photographes amateurs organisant des séances photo entre amis ou avec des modèles amateurs sans qu’il n’y ait échange d’argent ont souvent des problèmes. Parfois par méconnaissance, parfois par mauvaises foi, la photo se retrouve à être utilisée de manière commerciale sans que le photographe ne semble pouvoir y faire grand chose. Un contrat très simple aurait alors protégé le photographe. 

Dépenser 800$ pour avoir un contrat révisé et approuvé par un avocat? Si je vous offrais cela à partir de 25$?

Avec l’aide de mon avocate, nous avons réalisés 7 modèles de contrats, pour 7 situations bien précises. Ce sont donc jusqu’à 7 contrats lus, modifiés, et approuvé par une avocate spécialisée en droit des affaires auxquels vous avez accès. L’édition de base contenant deux modèles de contrats est offerte pour 25$, alors que l’édition complète est disponible pour 85$.

Qu’est-ce que cela comprend?

Modèles de contrat – édition de base (25$ – une valeur de 800$+)

Deux modèles de contrat à bas prix: Un pour les contrats photos TFP-TFCD (sans échange d’argent entre le modèle et le photographe) et un pour les photos de famille

01 – Contrats photos TFP-TFCD

Ce contrat type a été réalisé avec les sessions TFP/TFCD (Time for Print / Time for CD) en tête. Les clauses du contrat sont réduites au minimum pour un document simple et clair expliquant les droits du photographe et du modèle alors qu’une session photo est organisée sans qu’il ait paiement par l’une ou l’autre des parties. Le photographe donne son temps et son talent de photographe. Le modèle donne son temps, son « look » et son image. Chacun peut ensuite utiliser les photos pour son autopromotion, mais jamais dans un cadre commercial.

02 – Contrats portraits de famille

Un contrat écrit dans des termes plus « grand public » pour les portraits de famille, individuel, enfants et bébés.

Consultez l’offre: Modèles de contrat – édition de base

Inclus:

  • Une version PDF « prête à l’emploi » de chaque contrat
  • Une  version Word entièrement personnalisable de chaque contrat. Vous pouvez aussi les intégrer dans vos systèmes de facturation ou de soumission.
  • Des explications sur la raison de la présence de certaines clauses
  • Des clauses personnalisables selon vos besoins ou préférences.

Modèles de contrat – édition complète (85$ – une valeur de 1500$+)

Tout ce qui est dans l’édition de base, ainsi que:

03 – Contrats portraits corporatifs

Portrait individuel ou de groupe qui sera utilisé dans un but commercial. Il peut s’agir de simple « headshot » sur fond blanc ou d’un portrait plus élaboré sur les lieux de l’entreprise, tel que des portraits pour agent immobilier et les pages « à propos » d’un site web d’une compagnie. 

04 – Contrats de mariage

Un mariage civil ou religieux (avec des clauses concernant des événements récents en tête!)

05 – Contrats événementiels

Le modèle de contrat événementiel doit être utilisé pour la couverture d’un congrès, d’un événement corporatif, etc. Typiquement, il s’agit d’un contrat où vous êtes payé à l’heure, mais pas nécessairement.

06 – Contrats commerciaux

Utilisez ce modèle lorsque votre client est une compagnie, organisme, institution alors que vous réalisez des photos commerciales ou publicitaires

07 – licence utilisation

Ce modèle doit être utilisé lorsqu’un client désire acheter une licence d’une photo provenant de vos archives. Une attention particulière est portée aux autorisations des modèles et des propriétés (model release) que vous avez (ou pas) et détaillant au client les conséquences de cela.

Consultez l’offre: Modèles de contrat – édition complète

Vous avez des clients anglophones? Épargnez en achetant un combo bilingue des contrats!

Consultez toutes mes formations en ligne

Il est très courant que des organismes et des compagnies se fabriquent des banques d’image sans devoir payer la moindre cenne en déguisant l’opération sous forme de concours.

« Soumettez vos plus belles photos de XX et méritez-vous la chance de gagner un bel appareil photo compact d’une valeur de 250$ »

En lisant attentivement les différentes clauses des règlements, on se rend finalement compte que l’organisation du concours se réserve le droit d’utiliser toutes les photos soumises de façon commerciale pour faire leurs publicités. 

Pas juste les gagnantes.

Toutes.

Certains poussent même l’outrecuidance en précisant que le photographe dédommagera la compagnie s’ils se font poursuivre pour une raison quelconque suite à la publication d’une photo qu’il a soumise. C’est fort, non?

Des photographes pris entre l’arbre et l’écorce

Une compagnie de la région de Québec vient de lancer un concours photo encore plus vicieux et les photographes de mariage sont furieux.

La compagnie se spécialise dans la location de décoration pour des événements, dont des mariages. Elle invite les nouveaux mariés à leur faire parvenir leurs photos de mariage – les décorations qu’ils ont fait pour eux, bien sûr – pour participer à un concours leur permettant de gagner 300$. Le problème? Le photographe doit céder ses droits à la compagnie qui organise le concours pour qu’ils puissent les utiliser à des fins publicitaires. 

Le photographe Michaël Fournier relate:

« Une entreprise de décorations de salle de réception me demande de céder mes droits d’auteur pour laisser la chance à mes mariés de participer à leur concours. Ils précisent qu’ils ont bel et bien l’intention d’utiliser les photos de manière commerciale par la suite. Vous comprendrez que si je refuse, je bloque le concours à mes mariés et qui pourrait même créer de la zizanie. Si j’accepte, j’ai l’impression de ne pas respecter mes valeurs concernant le travail des artistes. »

Lorsque Michaël leur a demandé des précisions, une représentante de la compagnie lui explique que: 

« En nous envoyant des photos de leurs décorations de mariage, les clients participent à notre concours Mariage Facebook. Mais leurs photos peuvent être utilisées sur des affiches promo, des montages vidéo, sur note site web ou autres. »

Le client peut donc gagner 300$. Et le photographe, lui? Qu’est-ce qu’il gagne? Rien. Il a le choix de signer et de voir une compagnie utiliser ses photos sans être rétribué ou de faire respecter ses droits d’auteur et d’ainsi créer une tension insoutenable entre lui et son client.

Quelle belle façon de ruiner tous les référencements possibles que ces clients pourraient lui faire. « Oui, tu as fait un bon travail et nous sommes satisfaits, mais signe le formulaire pour qu’ils puissent faire leur pub avec tes photos, sinon je vais recommander un autre photographe à tous mes amis et à toute ma famille. »

Soyons honnêtes: la seule raison de la création de ce concours est de se procurer des images qui seront utilisées à des fins publicitaires.

En d’autres mots: vous signez un chèque en blanc et la compagnie se procure, pour 300$, des photos qui lui aurait coûté plusieurs milliers de dollars à se procurer si elles avaient passé par le chemin traditionnel.

Au moins, les clients de Michaël l’on contacté pour savoir s’ils pouvaient envoyer les photos pour participer au concours et c’est là qu’il a eu la présence d’esprit de demander des précisions de la part de l’organisateur du concours.. Combien de nouveaux mariés ont signé le document, sans savoir qu’ils ne pouvaient céder les images à un tiers sans l’autorisation du photographe?

J’espère que cette compagnie à de bons avocats… Et j’espère que vous, en tant que photographe, avez une clause dans votre contrat qui indique que vos clients ne peuvent céder vos images à un de leur fournisseur.

C’est quand même merveilleux. Près de 200 ans après l’invention de la photographie, on invente le concours photo où le photographe perd tous et ne peut rien gagner. 

Est-ce que vous avez le droit de conserver le dépôt d’un client s’il décide d’annuler le contrat?

Oui… Mais si vous dite que le dépôt est non-remboursable, vous DEVEZ le rembourser.

L’Office de la Protection du Consomateur (OPC) précise que « La loi ne prévoit pas de délai d’annulation, peu importe le mode de paiement. »

Vous avez donc légalement le droit de conserver le dépôt et même d’exiger le paiement complet du contrat, même si le client ne désire plus faire affaire avec vous ou s’est trouvé un photographe moins cher. 

Un contrat, c’est un contrat.

C’est L’OPC qui le dit: « La loi ne prévoit pas de délai d’annulation, peu importe le mode de paiement. »

Est-ce que c’est bon pour votre business et sa réputation? C’est une autre histoire. Moi, je vous parle de côté légal de la chose.

Et qu’est-ce qui est légal et qu’est-ce qui ne l’est pas?

Vous n’êtes pas obligé de rembourser un dépôt. Mais vous n’avez pas le droit de le dire. L’OPC précise que:  

« Vous n’avez pas le droit de déterminer à l’avance une pénalité (dans une entente, un contrat, une politique, une déclaration, etc.). Par exemple, vous ne pouvez pas prévoir que l’annulation d’une mise de côté oblige le consommateur à payer 20 % du montant total de la facture. »

« Vous pourriez par contre réclamer une somme d’argent pour compenser les dommages que vous avez vraiment subis. » 

Cependant, vous n’avez pas le droit de prévoir quel est ce dommage. Garder un dépôt, c’est prévoir la pénalité. Garder un dépôt, l’est prévoir les dommages subits. 

Alors…

Qu’est-ce qu’on peut faire?

L’OPC dit:

« Vous êtes libre de fixer les conditions de votre politique d’échange et de remboursement. Vous avez toutefois l’obligation de respecter les règles qui y sont prévues. 

(…)

La loi ne prévoit pas de délai d’annulation, peu importe le mode de paiement. »

Commencer par renommer « acompte » ou « dépôt » par un terme qui représente vraiment ce que vous faites.

Par exemple:

  • Démarche artistique 
  • Frais de recherche
  • Création du décor et des accessoires
  • Frais d’ouverture de dossier
  • Préparation du dossier.
  • Rencontre préparatoire.

« En cas d’annulation, les frais déjà encourus ne sont pas remboursables » 

MAGIE!!! 

Si vous signez un contrat plus de deux mois avant la réalisation de la prestation, vous devez connaitre la clause 254 – 256 de l’OPC:

256. Une somme d’argent reçue par un commerçant d’un consommateur, par suite d’un contrat en vertu duquel l’obligation principale du commerçant doit être exécutée plus de deux mois après la conclusion de ce contrat, est transférée en fiducie. Le commerçant est alors fiduciaire de cette somme et doit la déposer dans un compte en fidéicommis jusqu’à l’exécution de son obligation principale.

Demandez à votre institution financière, c’est peu dispendieux et cela pourrait même être inclus dans votre forfait « affaire »

  • 1
  • 2
  • 8

Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.