Il vous arrive de regarder une image et vous dire… mais COMMENT il a fait pour faire cette photo? 

Personnellement, comme photojournaliste qui ne maîtrise pas trop la lumière studio, ça m’arrive régulièrement. Il y a plusieurs mois, j’ai trouvé par hasard Karim Ben Jemaa sur Facebook. Je suis littéralement tombé sur le derrière. Sa maîtrise de la lumière est HALLUCINANTE. Je regarde chacune de ses photos et il me semble impossible que je puisse réaliser quelque chose de semblable.

Puis, très récemment Karim a mentionné qu’il était à finaliser la postproduction d’un atelier (workshop) qu’il a filmé. C’était ma chance d’apprendre du meilleur! En plus de pouvoir regarder comment un maître Jedi de la lumière construisait une photo, j’allais pouvoir offrir en exclusivité son produit à tous mes lecteurs!

Photo Karim Ben Jaama
Photo Karim Ben Jaama
Photo Karim Ben Jaama
Photo Karim Ben Jaama
Photo Karim Ben Jaama
Photo Karim Ben Jaama

Deux heures de formation où on le voit travailler, où il nous explique chaque détail de la prise de vue des trois images ci-haut. Étape par étape, 15 photographes expérimentés collaborent pour trouver le meilleur moyen d’éclairer trois concepts complexes différents, en choisissant les angles, les modificateurs et l’intensité des lumières. Ce cours est une véritable expérience de vie en studio. Il couvre les aspects techniques du travail avec les flashs, identifie les problèmes potentiels et les résout, tout en préparant le spectateur à travailler efficacement dans des délais serrés.

Outre sa grande valeur éducative, ce cours présente une équipe impressionnante. 20 des meilleurs artistes de la ville: des mannequins, maquilleurs artistes, stylistes, qui ont donné de leur temps et de leurs efforts pour en faire l’un des ateliers les plus colorés de la ville.

Jusqu’au 20 mai, la formation en lumière créative est offerte à 20$ de rabais sur F8ISO400!

Une bonne photo, ça se fait partout

En tant que photojournaliste, mon studio est partout. On me demande de faire des portraits de gens dans toute sorte d’environnement. Avec le temps, on apprend à « voir » ce qu’il est possible de faire, même dans un environnement qui semble, à première vue, peu propice à faire un portrait.

La première chose à faire, c’est de se concentrer sur un élément que l’on veut mettre en valeur, tout en voyant comment on peut éliminer les éléments distrayants.

Par exemple, en entrant dans la chambre de Daphnée, plusieurs photographes auraient pu être découragées. Elle m’a demandé si elle devrait mettre certaines choses de côté.

Mais c’était inutile. Je n’avais qu’à changer d’objectif pour n’utiliser que la toute petite section de sa chambre qui m’intéressait.

Lorsque vous apposez l’appareil photo à votre oeil, ne vous concentrez pas seulement sur votre sujet. Regardez l’ensemble de ce que vous êtes en train de cadrer. Enlevez toute l’information qui n’est pas pertinente à votre photo et ne conservez que ce qui est important, que ce qui raconte votre histoire. 

Ici, je raconte l’histoire de Daphnée, jeune fille de 16 ans, qui a amassé  2400$ pour des réfugiés. Ce dont j’avais besoin pour raconter l’histoire se trouvait sur le mur: une carte du monde et une sphère avec des éléments graphiques asiatiques. Mon objectif de 85mm me permettait d’isoler ces éléments. On ajoute un petit flash speedlight et Hop! C’est dans le sac.

L’histoire de Daphnée est ici.

Lors des Olympiques de Rio, l’agence Getty a envoyé sur son fil de presse 1,5 million de photos. Lors de la course du 100m, une photo du gagnant a été distribuée 58 secondes après la fin de la course. 

De la préparation jusqu’à l’envoie des photos, voici comment on photographie le plus grand spectacle sur la planète.

us-uk-flag-200

It might be one of the most iconic photos of the history, no one knows who are the 11 men portrayed. No one even knows whom, of the three photographers who were there that day, took what is the most recognized image of New York City. The Time explains the back story behind Lunch Atop a Skyscraper.

frenchflagframed200

C’est une des photos les plus iconiques de l’histoire. Et pourtant, personne ne sait qui est sur la photo, et personne ne sait qui des trois photographes sur place cette journée-là, Charles Ebbets, Thomas Kelly ou William Leftwich, a pris ce qui allait devenir une des images les plus connues et reconnu de New York. Le Time nous explique le contexte.

 

  • 1
  • 2
  • 6

Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.