Les droits d’auteur des tatouages de vos mannequins

Lutteur avec des tatouages

Pourriez-vous être dans le trouble en diffusant une photo que vous avez faite de vos modèles possédant des tatouages? Oui, potentiellement.

 

Lutteur avec des tatouages

Le journal Le Devoir s’attarde aujourd’hui à cette problématique dans l’article Les tatoueurs ont-ils des droits d’auteur?

Cité dans l’article, l’avocat Gabriel St-Laurent précise que: « dès que le tatouage fait preuve d’originalité et qu’il est fixé sur la peau, il devient une oeuvre protégée par le droit d’auteur. Ce faisant, l’auteur de l’oeuvre est tributaire de droits. »

Si la photo n’est pas utilisée dans un cadre commercial ou si ce sont des portraits personels, ce n’est pas un problème. Mais si l’image sert à vendre un produit ou un service, l’entreprise utilisant votre photo pourrait se faire poursuivre par le tatoueur.

Est-ce que cela arrive pour vrai? Oui, selon le Devoir.

« La semaine dernière, un juge de Californie a décidé d’entendre la plainte du tatoueur Kevin Brophy Jr. parce qu’une photo d’une de ses oeuvres montrant un tigre et un serpent réalisée sur le dos d’un homme apparaît en couverture de l’album Gangsta Bitch Music, Vol 1 de l’artiste Cardi B. Il réclame 5 millions $US pour « violation de son image publique ».

C’est pour cela, par exemple, que « L’Association des joueurs de la Ligue nationale de football et les agents de joueurs recommandent à leurs membres et clients d’obtenir les droits de reproduction des encrages avant de les faire réaliser. »

Qu’est-ce que cela veut dire pour vous? En tant que photographe, ce n’est pas vous qui serez poursuivi. Ce serait plutôt votre client utilisant vos photos. Cependant, en tant que photographe professionnel, il est de votre responsabilité de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour protéger votre client. Cela inclut de l’informer des risques potentiels si le mannequin choisi pour la campagne publicitaire a des tatouages apparents. 

Commentaires (3)

  • Il va falloir établir des limites : Si le tatouage est clairement le point principal de la photo et qu’il est utilisé à des fins commerciales, je veux bien. Mais s’il est porté par quelqu’un qui est photographié, ça commence à être de l’abus.

    Une personne portant de multiples tatouages pourrait arguer que l’ensemble de ses tatouages, et la façon dont ils sont placés sur le corps, constituent son image personnelle.

    Selon moi, le droit d’auteur, pour un tatoueur est que personne d’autre n’utilise une image qu’il a créé. C’est connu que certains tatoueurs bas de gamme recopient les dessins d’autres, plus doués, avec plus ou moins de succès. Dans ce cas-là, je suis pleinement d’accord pour engager une poursuite.

  • Bientôt on ne pourra faire que des selfies… et encore, si on n’est pas tatoué… Et ce qui est à moé, est pas tatoué!

  • Je pense que chaque photographe qui photographie une personne qui porte un item identifiable ( lunette, auto ou vêtement avec logo ou nom ou facilement identifiable) pourrait être poursuivi si nous allons jusqu’à la limite lorsque l’item est mis en valeur dans l’image.

Répondre à Alain Charest Annuler la réponse.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.