D’un œil extérieur et nord-américain, se baigner en plein hiver semble une abomination sans nom, une torture auto-imposé incompréhensible. Cependant, il s’agit d’une tradition datant de plusieurs siècles en Europe, particulièrement il va sans dire, dans les pays nordiques. Aujourd’hui, des clubs existent en Europe, permettant que l’activité soit faite en groupe de manière sécuritaire. 

Jusqu’à récemment, seuls quelques individus considérés comme des hurluberlus par leurs proches pratiquaient cette activité au Québec, et elle se faisait presque en cachette pour ne pas attirer le ridicule sur eux. La situation a cependant changé depuis 10 ou 15 ans alors que l’enseignement du néerlandais Wim Hof se popularise partout dans le monde.

Hof a mis sur pied un ensemble de principes de développement personnel basé sur des exercices de respiration en pleine conscience et à l’acclimatation au froid. Cette acclimatation se fait d’abord par des douches froides et, lorsque le corps s’y est habitué, par des immersions complètes dans des bains d’eau froide ou des plans d’eau en nature.

Ce qui est maintenant connu comme « la méthode Wim Hof » est pratiquée partout dans le monde et est directement responsable de la nouvelle popularité de cette activité.

Un peu partout au Québec, des groupes de baigneur joignent leur force pour creuser et entretenir des trous, aider les nouveau adeptes, et pratiquer l’activité de la manière la plus sécuritaire possible. 

« Les briseurs de glace » se réunissent ainsi tous les dimanches dans un lac facilement accessible mais gardé secret car privé. C’est un des défis des adeptes de l’eau froide: trouver un endroit public, légal, accessible, et sécuritaire.

Des blocs découpés à la scie à glace sont retirés d’un lac
Des blocs découpés à la scie à glace sont retirés d’un lac
Martin Brunet utilise une scie à glace pour rouvrir le trou qui s’est refermé depuis la dernière sortie, alors que Ricardo Pan Neves retire les blocs de la zone de baignade.
Martin Brunet utilise une scie à glace pour rouvrir le trou qui s’est refermé depuis la dernière sortie, alors que Ricardo Pan Neves retire les blocs de la zone de baignade.
Ricardo Pan Neves inaugure la journée de baignade par un plongeon dans une eau à 0,5 °C.
Ricardo Pan Neves inaugure la journée de baignade par un plongeon dans une eau à 0,5 °C.
Joueur de waterpolo et amateur de nage en eaux vives, la baignade en eau froide est pour Neves une façon de connecter avec la nature.
Ricardo Pan Neves peut rester à l'eau plus de 20 minutes sans aucun problème
Ricardo Pan Neves peut rester à l’eau plus de 20 minutes sans aucun problème
Nicolas Knap émerge d’un petit trou sur le côté de la zone de baignade.
Nicolas Knap émerge d’un petit trou sur le côté de la zone de baignade.
Nicolas Knap saute à l’eau en se filmant avec sa caméra GoPro.
Madeleine Gonthier Cummings apprivoise l’eau froide lors de sa première baignade hivernale.
Florence Auger s’apprête à plonger.
Florence Auger s’apprête à plonger.
Maxime Mireault et Manon Lévesque échange un baiser lors de leur baignade en eau froide.
Manon Lévesque nage en eau froide
Manon Lévesque nage en eau froide
Encore détrampée, Louise Gosselin célèbre sa baignade en eau froide. Gosselin utilise l’eau froide pour retrouver son équilibre mental et gérer son anxiété, conséquence d’un syndrome de choc post-traumatique suite a son service militaire.
Encore détrampée, Louise Gosselin célèbre sa baignade en eau froide. Gosselin utilise l’eau froide pour retrouver son équilibre mental et gérer son anxiété, conséquence d’un syndrome de choc post-traumatique suite a son service militaire.
Adele Luthi-Maire se risque à une sortie de style otarie après sa baignade. D’origine française, elle s’est déjà baignée en Europe dans des eaux à 8 °C, mais c’était une première pour elle au Québec dans une eau à moins de 1 °C
Adele Luthi-Maire se risque à une sortie de style otarie après sa baignade. D’origine française, elle s’est déjà baignée en Europe dans des eaux à 8 °C, mais c’était une première pour elle au Québec dans une eau à moins de 1 °C
Trois baigneurs se partagent le trou percé dans la glace.
Trois baigneurs se partagent le trou percé dans la glace.
Le visage de Martin Brunet se réfléchi dans la glace alors qu’il se détend dans l’eau glacial.
Martin Brunet arrive à se détendre dans l’eau glaciale. Il préfère rester pendant au moins 20 minutes sans bouger plutôt que de nager.
Martin Brunet arrive à se détendre dans l’eau glaciale. Il préfère rester pendant au moins 20 minutes sans bouger plutôt que de nager.

Ce reportage a été originellement publié dans Le Devoir:

Page pleine Le Devoir sur la Nage hivernale

André Viger se plaît à rappeler que l’horloge de la tour du Parlement a été installée en 1881, soit tout juste 100 ans avant son arrivée comme horloger de l’Assemblée nationale.

Cette nuit, on change l’heure. Pour certains, cela représente un peu plus de travail que pour d’autres. André Viger, l’horloger de l’Assemblée nationale du Québec par exemple, devra ajuster les aiguilles des 23 horloges de la maison du peuple.

S’occuper de ces horloges, c’est son travail (entre autres). Depuis plus de 40 ans, il est responsable de bichonner ces pièces historiques, ce qui inclut le remontage du mécanisme tous les mardis. Je l’ai suivi dans son manège il y a quelques semaines pour Le Devoir qui en fait une pleine page photo aujourd’hui.

Je suis assez heureux du résultat final de ce sujet que j’ai proposé au Devoir, qui le décline bien en évidence au dos du premier cahier du samedi.

Tous les mardis, André Viger remonte le mécanisme de l’horloge de la tour du Parlement de Québec
Tous les mardis, André Viger remonte le mécanisme de l’horloge de la tour du Parlement de Québec
Tous les mardis, André Viger remonte le mécanisme de l’horloge de la tour du Parlement de Québec
Tous les mardis, André Viger remonte le mécanisme de l’horloge de la tour du Parlement de Québec
André Viger se plaît à rappeler que l’horloge de la tour du Parlement a été installée en 1881, soit tout juste 100 ans avant son arrivée comme horloger de l’Assemblée nationale.
André Viger se plaît à rappeler que l’horloge de la tour du Parlement a été installée en 1881, soit tout juste 100 ans avant son arrivée comme horloger de l’Assemblée nationale.
André Viger remonte le mécanisme d’une horloge murale de la Eco Magneto Clock Company de Boston. Son boîtier en acajou contient deux mouvements fabriqués par Seth Thomas, en 1910. Le premier donne l’heure et le second, maintenant inactif, servait à sonner l’appel des députés.
André Viger remonte le mécanisme d’une horloge murale de la Eco Magneto Clock Company de Boston. Son boîtier en acajou contient deux mouvements fabriqués par Seth Thomas, en 1910. Le premier donne l’heure et le second, maintenant inactif, servait à sonner l’appel des députés.
André Viger remonte le mécanisme d’une horloge murale de la Eco Magneto Clock Company de Boston. Son boîtier en acajou contient deux mouvements fabriqués par Seth Thomas, en 1910. Le premier donne l’heure et le second, maintenant inactif, servait à sonner l’appel des députés.
André Viger remonte le mécanisme d’une horloge murale de la Eco Magneto Clock Company de Boston. Son boîtier en acajou contient deux mouvements fabriqués par Seth Thomas, en 1910. Le premier donne l’heure et le second, maintenant inactif, servait à sonner l’appel des députés.
Sur cette horloge de marque Seth Thomas, dont le mouvement date de 1876, un cadran donne l’heure, les minutes et les secondes, alors qu’un deuxième cadran indique le jour et le mois. Son autonomie est de huit jours.
Sur cette horloge de marque Seth Thomas, dont le mouvement date de 1876, un cadran donne l’heure, les minutes et les secondes, alors qu’un deuxième cadran indique le jour et le mois. Son autonomie est de huit jours.
André Viger inspecte le cadran de l’horloge du Salon bleu.
André Viger inspecte le cadran de l’horloge du Salon bleu.
L’horloger André Viger est chargé de l’entretien des horloges de l’Assemblée nationale depuis 1981.
L’horloger André Viger est chargé de l’entretien des horloges de l’Assemblée nationale depuis 1981.

 

La pleine page du journal Le Devoir
La pleine page du journal Le Devoir

Les remorqueurs Ocean Raynald T et Ocean Bertrand Jeansonne guident tranquillement l’Amalia devant le vraquier Flag Thenia, au port de Québec

Les remorqueurs de Groupe Océan facilitent l’amarrage de bateaux dans de nombreux ports d’Amérique du Nord. J’ai eu le plaisir de documenter les manœuvres en équipe de deux de leurs remorqueurs lors de l’arrivé d’un vraquier au port de Québec. Fascinant! Le tout est publié en en pleine page du Devoir ce matin.

Lire la suite

Un homme pêche dans la rivière Matane, aux abords du pont de l’avenue du Phare

Voici quelques autres images de mon reportage en Gaspésie qui n’ont pas été retenues pour la version papier.

Des enfants s’amusent à la plage de Mont-Saint-Pierre.
Des enfants s’amusent à la plage de Mont-Saint-Pierre.
Des kayakistes circulent sur la rivière Cascapédia, à New Richmond
Des kayakistes circulent sur la rivière Cascapédia, à New Richmond
Une femme installée sur les quais de Matane lance un appât à l’eau.
Une femme installée sur les quais de Matane lance un appât à l’eau.
Un homme pêche dans la rivière Matane, aux abords du pont de l’avenue du Phare
Un homme pêche dans la rivière Matane, aux abords du pont de l’avenue du Phare

Des enfants s’amusent à la plage de Mont-Saint-Pierre.

À la fin du mois de juillet, je suis allé passer 5 jours en Gaspésie avec une journaliste de Devoir pour une série d’histoire qui seront publiés sous peu. La direction m’a aussi demandé d’en profiter pour faire un reportage photo de la péninsule gaspésienne.  Voici le résultat.

Sylvie Verreault fait rigoler son groupe avec une interprétation du classique La vache à Maillotte sur le piano public de la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Sylvie Verreault fait rigoler son groupe avec une interprétation du classique La vache à Maillotte sur le piano public de la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Le bateau Karaboudga, à quelques pas de la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Le bateau Karaboudga, à quelques pas de la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Un traversier s’approche du port de Matane au soleil couchant.
Un traversier s’approche du port de Matane au soleil couchant.
Une femme s’amuse avec un chien sur une plage de Carleton-sur-Mer.
Une femme s’amuse avec un chien sur une plage de Carleton-sur-Mer.
Installée sur la plage de Mont-Saint-Pierre, Camila Forteza griffonne dans un calepin.
Installée sur la plage de Mont-Saint-Pierre, Camila Forteza griffonne dans un calepin.
Un homme et une femme marchent sur la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Un homme et une femme marchent sur la promenade des Acadiens, à Carleton-sur-Mer
Des enfants s’amusent à la plage de Mont-Saint-Pierre.
Des enfants s’amusent à la plage de Mont-Saint-Pierre.
Un homme et une femme discutent sur un banc du parc Alphonse-Couturier, à Marsoui.
Un homme et une femme discutent sur un banc du parc Alphonse-Couturier, à Marsoui.

 

L’été en Gaspésie, tel que le reportage est décliné dans l’édition papier:


 

Vous voulez voir plus d’image de ce reportage? En voici donc quelque-une en extra.

Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency

Ce que j’adore de mon travail, entre autres, est de passer une journée ou deux à documenter un sujet complexe. Voir les choses. Entendre le journaliste poser des questions. Entendre le spécialiste y répondre. Et ensuite, lire un long texte qui fait la somme de tout cela, décoré de mes photos. Un excellent exemple aujourd’hui dans le Devoir avec le texte d’Alexis Riopel: Comment faire gober du carbone à une forêt sans trop se fatiguer. 

Nous avons passé une journée dans la forêt Montmorency et cela fut fabuleux!

La tour a flux de la forêt Montmorency
La tour a flux de la forêt Montmorency
Jean-François Lamarre regarde au loin, entouré d’instruments de mesures accrochés à la tour à flux et surplombant les arbres de la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre regarde au loin, entouré d’instruments de mesures accrochés à la tour à flux et surplombant les arbres de la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre discute avec un homme venu faire la livraison d’arbres à planter dans la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre discute avec un homme venu faire la livraison d’arbres à planter dans la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre remplit son coffre d’arbres à planter pour les livrer dans un autre secteur de la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre remplit son coffre d’arbres à planter pour les livrer dans un autre secteur de la forêt Montmorency.
Jean-François Lamarre prend une pause repas dans la boîte de son VUS rempli d’arbres à planter dans la forêt Montmorency, au nord de Quebec.
Jean-François Lamarre prend une pause repas dans la boîte de son VUS rempli d’arbres à planter dans la forêt Montmorency, au nord de Quebec.
Des stagiaires se préparent a planter des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires se préparent a planter des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires se préparent a planter des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires se préparent a planter des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency
Des stagiaires plantent des arbres dans la forêt Montmorency

  • 1
  • 2
  • 8

Copyright © 2023 Francis Vachon.