Goblin's door in Quebec city

It is the most popular door that you have never heard of. Oblivious to the locals, a boring-looking door in the Quebec City neighborhood of Le Petit Champlain has become extremely popular with Asian tourists who make lines to be photographed in front of « Goblin’s door. »

What Quebecers don’t know is that the « red magic door » plays a major part in the immensely popular Korean TV show Guardian: The Lonely and Great God (also known as Goblin: The Lonely and great God).

According to Wikipedia: 

Overseas filming mainly took place in Quebec City, Canada in October, featuring locations such as the Château Frontenac, Parc du Bastion-de-la-Reine (the Yoo family cemetery), Petit Champlain (Goblin’s door to Canada), and the Fontaine de Tourny. The red door, which in reality is the emergency exit of the Théâtre Petit Champlain, and other sites in Quebec City associated with the show have begun to attract numerous fans of the series.

Journalist Isabelle Porter and I went on assignment for Le Devoir what it was all about: La Porte magique de Québec.

Goblin's door in Quebec city
Tourists take a photo in front of a door in the Quebec city neighborhood of Petit Champlain in Quebec city Monday July 10, 2017. The « red magic door » plays a major role in the episode 2 of the popular Korean TV show Goblin: The Lonely and great God and has become a popular sightseeing with Asian tourists.
Goblin's door in Quebec city
Tourists take a photo in front of a door in the Quebec city neighborhood of Petit Champlain in Quebec city Monday July 10, 2017. The « red magic door » plays a major role in the episode 2 of the popular Korean TV show Goblin: The Lonely and great God and has become a popular sightseeing with Asian tourists.
Goblin's door in Quebec city
Tourists take a photo in front of a door in the Quebec city neighborhood of Petit Champlain in Quebec city Monday July 10, 2017. The « red magic door » plays a major role in the episode 2 of the popular Korean TV show Goblin: The Lonely and great God and has become a popular sightseeing with Asian tourists.

Mettre mon réveille à 3h30 le matin, ce n’est jamais bien plaisant. Sauf lorsque c’est pour accompagner Isabelle Porter en reportage. 

Il est 4 h 45 du matin. C’est l’heure à laquelle il faut arriver pour ne rien manquer au marché aux puces de Sainte-Foy les dimanches d’été. Pendant que le reste de la ville dort, ils sont 200 à s’activer autour des tables dans l’espoir de réaliser des affaires en or. (suite du texte sur Le Devoir)

Photographier un marché aux puces à 4h du matin. Il y a des photos qui se font tout seules. 

Cocasserie: un collègue des médias, que je n’avais pas reconnu sur le coup, a failli se retrouver sans le savoir dans le reportage alors qu’il accompagnait sa conjointe dans sa vente annuelle de « vieilles bébelles ». Ma grosse barbe m’a trahi, c’est lui qui s’est rendu compte de ma présence.

Lire la suite

– Hey Francis! Ici le Montreal Gazette. Pourrais-tu photographier un gars nommé François Marcotte? Je ne sais pas si tu as entendu l’histoire…
– Oui, j’en ai entendu parler un peu!

L’article du devoir de ce matin a eu des échos dans la plupart des médias québécois et a rebondi jusqu’à l’Assemblée nationale. Je suis donc retourné voir François pour le quotidien anglophone de Montréal et j’ai réalisé quelques nouvelles photos pour l’article Disabled man’s plea reignites debate about nursing home hygiene.

Francois-Marcotte-03

Francois-Marcotte-06

Je suis très content de cette assignation. J’ai vu passé le lien vers le Gofundme de François Marcotte et je me doutais que ce serait une bonne histoire à raconter. J’ai envoyé ça à la journaliste du Devoir Isabelle Porter avec qui je collabore souvent. Elle a sauté sur l’histoire et nous sommes allés rencontrer François le jour même.

Ce matin, c’est est jouée en une: Recourir au socio-financement pour se laver. Elle est reprise par quelques médias. Des députés ont réagi à la radio.

L’histoire vous touche? Douches et kilomètres, le GoFundMe de François.

François Marcotte

François Marcotte

Une assignation émotive pour Le Devoir hier alors que moi et la journaliste Isabelle Porter avons rencontré la famille Al Oufan, des réfugiés syriens établis à Lévis.

Mais le plus gros problème des Al Oufan concerne leur fils de 14 ans, Moussa, qui se trouve en Allemagne loin d’eux. À la simple mention du jeune homme, les deux parents fondent en larmes. « Elle a très mal, dit l’interprète en parlant de la mère. Tous les jours, quand elle parle à son fils, il pleure. […] Sa vie est difficile sans la présence de sa mère. » (…) Les yeux des parents sont gorgés de larmes. L’interprète peine à contenir les siennes. « Je les côtoie beaucoup. Je vois quand la mère cuisine quelque chose, la première chose qu’elle dit, c’est que son fils aurait aimé ça, qu’elle aurait aimé qu’il soit là. C’est toute sa vie. ».

Le texte est disponible en ligne: Les réfugiés syriens et le mur administratif.

Des immigrants syriens à Lévis le 20 mai 2016. Photo Francis Vachon pour Le Devoir. Des immigrants syriens à Lévis le 20 mai 2016. Photo Francis Vachon pour Le Devoir.

  • 1
  • 2
  • 6

Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.