Portrait épique

Plus tôt cette semaine, je me suis souvenu d’un portrait que j’avais fait l’été passé et que je n’avais pas publié. Voici donc Julien Reid sur le toit de Place de la Cité. Je trouvais la pose et le décor épique. Comme si un capitaine posait fièrement à la proue de son navire.

Invalid Displayed Gallery

Pour le journal Le Devoir, je suis allé photographier l’auteur Hans-Jurgen-Grief pour la sortie de son 14e livre. Après avoir fait quelques portraits très classiques, j’ai voulu faire un peu plus jazzé.
Il m’a longuement parlé de Complots à la cour des papes, son dernier livre. L’article du Devoir en parle en ces mots:

« Les complots sont aussi vieux que le monde », rappelle Hans-Jürgen Greif dans l’avant-propos de ses érudits Complots à la cour des papes. Rien n’est plus vrai. L’écrivain a choisi ici trois des plus célèbres complots de l’Histoire, se déroulant entre le début et l’apex de la Renaissance italienne, et qui tous avaient pour objectif de liquider un pape ou d’éliminer un ennemi du pape. « L’expérience prouve que celui qui n’a jamais confiance en personne ne sera jamais déçu », a écrit Leonardo da Vinci dans ses Carnets.

C’est alors que cet étrange objet dans sa bibliothèque a attiré mon attention. Un flash direct pour éclairer son visage, mettant par le fait même en silhouette l’avant-plan mystérieux, répliquait bien l’idée d’intrigue, de complot, et de jeux de pouvoir.

Hans-Jurgen-Greif-02A

Hans-Jurgen-Greif-03A

Hans-Jurgen-Greif-05A

Le tout a reçu une bonne visibilité dans la version papier.

Hans-Jurgen-Greif

Pour faire suite aux photos de la Station Blu Spa Nordique de St-Tite-des-Caps, Yanik Guillemette m’avait aussi mandaté pour faire des portraits de lui.

Nous nous sommes donné rendez-vous sur un de ses projets de développement résidentiel en cours. J’avais choisi de commencer la prise de photo à 18h30 pour profiter de la «golden hour». Il avait fait beau toute la journée, j’étais confiant. Je commence à m’installer à 18h15, il fait encore beau soleil. Monsieur Guillemette arrive à 18h30 pile, et le soleil se cache derrière les nuages…

Yanik Guillemette

Yanik Guillemette

J’avais prévu trois angles différents et, malgré le ciel nuageux, j’étais assez content de ce que je voyais sur l’écran de ma caméra. Et soudainement, alors que ma montre me dit qu’il ne reste que cinq minutes avant que le Soleil ne se couche, le miracle se produit: les nuages laissent un trou pour que les derniers rayons puissent se frayer un chemin vers les maisons en construction. J’attrape mes flashs pour me remettre à la première position. Clic-clic-clic, et le soleil disparait derrière l’horizon…
Yanik Guillemette


Copyright © 2017 Francis Vachon. Réalisation web par Eve Drouin-V.